Rêveries du promeneur solitaire – Rêveries du promeneur solitaire de Jean Jacques Rousseau – Résumé de Rêveries du promeneur solitaire – Fiche de lecture de Rêveries du promeneur solitaire de Jean Jacques Rousseau – Etude de Rêveries du promeneur solitaire de Jean Jacques Rousseau

Rêveries du promeneur solitaire

Rêveries du promeneur solitaire de Jean Jacques Rousseau - résumé

Rêveries du promeneur solitaire
Résumé - Rêveries du promeneur solitaire

Historique
Les Rêveries du promeneur solitaire est une publication posthume de l'écrivain et philosophe Français, d'origine Genevoise, Jean-Jacques Rousseau. Il constitue le dernier de ses écrits, la partie finale ayant vraisemblablement été conçue quelques semaines avant sa mort, et l'œuvre étant inachevé.

Sa rédaction s'est établie tout au long des deux dernières années de sa vie, jusqu'à son refuge au château d'Ermenonville : la nature solitaire et, semble t-il, légèrement paranoïaque de l'auteur malgré une notoriété croissante, l'a contraint à cet exil après l'accueil de ses dialogues, et peut-être également la mort de Louis François de Bourbon (dit le Prince de Conti) durant l'été 1776.


Présentation générale du texte
Les Rêveries du promeneur solitaire tiennent à la fois de l'Autobiographie et de la réflexion philosophique : elles constituent un ensemble d'une centaine de pages , l'auteur employant très généralement la première personne du singulier et apportant par digressions quelques détails sur sa vie.

Le livre se compose de dix chapitres de taille inégale, ou promenades, comme autant de réflexions sur la nature de l'Homme et son Esprit. Rousseau, à travers cet ouvrage, présente une vision philosophique du bonheur, proche de la contemplation, de l'état ataraxique, à travers un isolement relatif, une vie paisible, et surtout, une relation fusionnelle avec la nature, développée par la marche, la contemplation, l'herboristerie que Rousseau pratique. Ces Rêveries cherchent à produire chez le lecteur un sentiment d'empathie, un huis-clos, qui permettrait à travers l'auteur de mieux se saisir lui-même.

Mais si l'œuvre fait historiquement suite au texte Les Confessions, il serait également réducteur de ranger les deux livres dans la même catégorie : ces dernières, également posthumes, voulaient d'abord faire la lumière sur le citoyen Rousseau et sur sa vie. Ici, il ne s'agit bien que d'une invitation au voyage... Une réflexion générale sur son mode de pensée.


Première promenade
'Me voici donc seul sur la terre, n'ayant plus de frère de prochain d'ami de société que moi-même'

Ainsi débute le texte des Rêveries. Jean-Jacques Rousseau interpelle directement le lecteur, lui faisant part de sa retraite et de sa condition, se posant lui-même comme un vieil homme sans aucune illusion ni aucun espoir sur ce qui l'attend.

Rousseau pose le texte des Rêveries comme celui d'un homme apaisé, n'ayant plus aucune crainte qu'on le vole ou qu'on lui fasse de tort: non pas que l'intention manque à ses détracteurs, ses adversaires littéraires, mais qu'il n'en tire plus aucune peine. Sans le dire vraiment, il propose au lecteur de prendre la mesure de son tempérament comme les physiciens prennent celle de l'air.

Jugeant l'œuvre des Rêveries comme une thérapie personnelle, il les considère également implicitement comme ses dernières lignes.

Passages qui marquent cette promenade :
'J'aurais aimé les hommes en dépit d'eux-mêmes.'
'Mais moi, détaché d'eux et de tout, que suis-je moi-même ? Voilà ce qui me reste à chercher.'
'Ces feuilles ne seront proprement qu'un informe journal de mes rêveries.'
'Je fais la même entreprise que Montaigne, mais avec un but tout contraire au sien : car il n'écrivait ses Essais que pour les autres, et je n'écris mes rêveries que pour moi.'


Quatrième promenade
Rousseau nous explique et justifie sa devise sur la vérité. S'il attache tant d'importance à la vérité, c'est qu'il a beaucoup souffert des calomnies qu'on diffamait pour ternir sa réputation, et parce qu'il en subit directement les conséquences. Peut-être est-ce aussi car il a peur d'être jugé. Il pense en effet que celle-ci n'est nécessaire que lorsqu'elle reflète la justice.Il essaye de nous convaincre qu'il a consacré sa vie à la vérité.

Et pourtant, il nous confie avoir dit un très grand nombre de mensonges au cours de sa vie et il n'éprouve aucun remord pour ceux-ci, à part pour un seul qui consiste à avoir nié le vol d'un ruban. Ce mensonge a causé le renvoi d'une servante. C'est pour les conséquences qu'ont eu ce mensonge, qu'il en a des remords.

Pour lui, il existe deux catégories de mensonges; la première est celle des mensonges qui affectent les autres, leur réputation, qui font du tort (par exemple : le mensonge qui cause le renvoi de la servante) . Ces mensonges-ci sont, pour lui, à condamner.

La deuxième catégorie englobe une autre sorte de mensonges, qui portent sur des choses indifférentes, et qui sont commis soit par plaisir, soit par réflexe (bonté et timidité). Il se retrouve lui-même souvent confronté à l'utilisation de ces mensonges, à cause de son tempérament timide. Il éprouve facilement de la honte dans certaines situations, il ment alors par réflexe ou par embrassement, mais pas de façon préméditée. Il n'ose pas se rattraper par la suite et avouer qu'il a menti, de peur de se faire un nouvel affront. Il se repentit de celui-ci sans oser le réparer.

Il a souvent été tenté de mentir sur des épisodes de sa vie lorsqu'il écrivait ses 'Confessions', afin de donner une image positive de lui, mais il a préféré exagérer un peu ces situations, afin d'être un peu dur avec lui-même, et d'une certaine manière, de porter un jugement sur sa personne. Il a donc un peu tendance à être masochiste, en se rudoyant lui-même. Mais en mettant ainsi en évidence des mensonges superficiels, c'est un bon moyen pour cacher une vérité qui pourrait être plus grave.


Cinquième promenade
De toutes les habitations où j'ai demeuré (et j'en ai eu de charmantes), aucune ne m'a rendu si véritablement heureux et ne m'a laisser de si tendres regrets que l'île St-Pierre [...] il m'eut suffit durant toute mon existence sans laisser naître un seul instant dans mon âme le désir d'un autre état.

La Cinquième promenade fait l'éloge de la paresse


Dixième promenade
Promenade finale, elle est aussi la plus courte de l'ouvrage car elle est inachevée. (Rousseau meurt avant d'avoir pu finir son œuvre.) Rousseau revient en quelques lignes sur le souvenir des Charmettes (à proximité de la ville de Chambéry) et de son amour pour Mme de Warens, avant de s'éteindre quelques semaines plus tard d'une crise d'apoplexie.


carrelette carrosser carte-télégramme cartomancien cartouchière cascadeur
Copyright © 2021 mes-biographies.com


cliquez ici
Pour accéder directement à mes-biographies.com : Publicité: